Montréal – Mosaïcultures – 31 août 2013

La journée à Montréal avait comme premier objectif de visiter l’exposition Mosaïcultures. Une visite au marché Jean-Talon devait ensuite suivre avant le retour vers Québec.

À l'ombre de la tour du stade

À l’ombre de la tour du stade

L’exposition se tient au Jardin Botanique presqu’à l’ombre de la grande tour du stade olympique. En gros, pour ceux qui ne sont pas familier avec la formule, il s’agit de réaliser des aménagements ou des installations artistiques faites avec des plantes. De là le lien étroit avec le Jardin botanique.

Le parcours des Mosaïcultures fait une large boucle vers la droite, à partir de l’entrée du Jardin botanique, sur la rue Sherbrooke, se rend à la section Arboretum, et revient au point de départ en longeant le boulevard Pie IX. En tout, 48 exposants officiels se succèdent, avec des œuvres parfois très originales, pour le plaisir des visiteurs.

 

La première œuvre vient de Madagascar : À la queue leu-leu

La première œuvre rencontrée vient de Madagascar : «À la queue leu-leu».

 

 

 

 

 

 

Je n’ai malheureusement pas des images pour les 48 aménagements de sculptures végétales de l’exposition mais voici tout de même quelques autres pièces intéressantes.

Aménagement de la Province de Hainaut en Belgique : «Le jardin des insectes».

Aménagement de la Ville de Montréal : «L’homme qui plantait des arbre».

Bien sûr des photographes de tout acabit s’en donnent à cœur joie dans un endroit aussi stimulant!

Le chœur des clics-clics

Un chœur de clics-clics

 

 

 

 

 

 

Offert par la Ville de Shanghai en Chine, l’histoire d’une jeune femme légendaire en chine : «Une histoire vraie!»

Plus modeste mais bien rigolo, les «Fragiles grenouilles!» de la Ville d’Atlanta aux États-Unis.

Puis quelques autres installations diverses…

Et, de Montréal, «Les esprits de la forêt».

Un sanglier de l'installation britannique «Les sangliers de l'île de Sally» court vers «Les esprits de la forêts»

Un sanglier de l’installation britannique «Les sangliers de l’île de Sally» court vers «Les esprits de la forêts»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sont-ce justement ces esprits forestiers qui ont écorché ces pauvres chevaux ou est-ce le soit-disant «Le cheval d’Uffington» présenté par l’Angleterre?

Une œuvre non seulement originale mais sûrement difficile à réaliser!

Une œuvre non seulement originale mais sûrement difficile à réaliser!

 

 

 

 

 

 

 

D’Edmunton, la «Rencontre des quatre nations».

Puis un autre aménagement monumental de la Ville de Montréal : «La Terre-Mère».

Encore quelques pièces diversifiées ainsi que des photos de la nature au Jardin…

La ville de Beijing en Chine propose ensuite, rien de moins que l’oiseau qui renaît de ses cendres : «Planter des platanes pour attirer le Phénix».

De Montréal toujours, quelques aspects magnifiés de la «Nature en ville»…

…ainsi que le fameuse présentation «L’arbre aux oiseaux», une pièce presque trop élaborée pour réussir à tout appréhender ce qu’elle renferme!

Puisque nous sommes au Jardin Botanique, régalons-nous aussi de quelques images de fleurs:

La tournée de cette magnifique exposition a pris quelques heures mais aurait pu prendre presque toute la journée. Au passage nous nous sommes rendu compte, à observer le personnel patient et dédié du Jardin Botanique, que le travail d’entretien d’une exposition de sculptures vivantes demandait beaucoup de travail et d’engagement.

Après une rapide visite au Marché Jean-Talon, pourquoi ne pas profiter des largesses de nos producteurs locaux pour organiser un pique-nique dans le beau Parc Lafontaine…

PikNik

 

 

 

 

1 Response to Montréal – Mosaïcultures – 31 août 2013

  1. Pingback: Mosaïcultures de Montréal, sculpter la nature | Chouynardises etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published.